27 décembre 2013




Brigadier General, IT. S. A.

It sometimes happens in the making of nations by decree, as appears to be the fashion in these days, that ideals and realities march side by side as they more often did in former and less complex times, when nations were born and not made. An instance of this stands out conspicuously among the peoples of today in the case of Albania, the almost unknown country of the Balkans that now asks recognition of its needs and claims.

It is a small country, not important to the world as a state but vastly important to the peace of the family of nations; a country whose needs and desires go hand in hand with the history and geography and ethnology of its people, who for centuries have been the orphans of Europe, as homeless in the family of nations as the winds on their own mountain tops; a people without government, without ties, almost without friends, yet that from time immemorial have held fast to their motherland and their homes in spite of the seeming control of other nations.

These are the Shkypetars, the "Men of the Mountain Eagle of whom their great countryman, Ismail Kemal Bey, says:

"They have proudly preserved their independence, of which no power could deprive them. On the fall of the Roman Empire they reappeared on the world's stage to prove that they were of a race whose solidarity time could not affect and whose national genius custom could not prevent; today they display the singular and interest-
ing spectacle of a nationality preserved pure and undefiled through the centuries in spite of so many successive conquests by Romans, Byzantines, Normans, Bulgarians, Serbs, Italians, and Turks."

The Albanians: Their Virtues and Their Faults Of probably pre-Hellenic origin, the Albanians have remained as unmixed a race as any that exists in Europe. They are a people who possess in a high degree the basic virtues that make for stability and respect with nations as well as with men. Of them it may of a truth be said that they are courageous ; honest and loyal to country, to family, and to the stranger that is accepted within their gates; they honor their women and their homes and, if bitter in enmity, are faithful in friendship; even the vendetta, of which they are accused, has its honorable side, for they fight openly without treachery. Their very faults are those of a proud people who have inherited a beautiful land coveted since history began by powerful neighbors against whom they have always been compelled to fight.
"What wonder, then, that the troubled and isolated lives of these mountaineers and their age-long struggle for freedom have rendered them restive under control and interference, intolerant of strangers, and indifferent to an outer world which tradition and history tell them is their enemy or at best a selfseeking friend?

Their faults, such as they are, mark a phase in the evolution of a strong people; and through such phases have passed, not so far back in history, some of the best of the world's nations. In the future no doubt others will so pass to take their place in the family of nations. Why not the Albanians For them the hour has struck ; freedom from the smothering rule of the decadent Turk and the light let in by the great torch of war have awakened the minds of the people, quickened their energies, and shown them the need of nationality, unity, and intercourse, without which their country will remain a cancer in the Balkans and a source of infection to all Europe.

These things Albania should have: she deserves a better fate than to be left longer to the contempt and neglect that have nearly always been her lot. For Albania is a country as beautiful as fairyland and as rich as the fabled realms of Prester John, but it is as unknown as the heart of Africa and as ill defined.

Extent and Boundaries of Albania:

To the people of the West, Albania is a word, a geographical expression indicated on the map as an ill-defined region of the eastern Adriatic, lying north of Greece, south of the Serbs, within the former Austrian sphere of influence, and extending inland over a chaos of mountains to the limits of heterogeneous Macedonia. It is seen as a sparsely settled country of hills and valleys, of rivers and lakes ; but of its fertility and charm, of its people and their manner of life, little has been told except in recondite works on its history, its language, and the origin of its people. These works, for the most part treating of the days before Albania had thrown off the stagnant rule of the Turk and before war had brought in the soldier of the occupation, though interesting as studies, throw little light upon the Albanian of today or upon the problems that now confront the people.

The first of these problems is the extent of their own country, which has existed without boundaries, or with boundaries so ill defined that no man needed to recognize them until they were outlined by the London Conference of 1913. This conference, according to Albanian authority, "gave to Albania a territory of about 11,000 square miles, while more than one-third of her population and territory was given away to Serbia, Montenegro, and Greece.

But at the present time supreme efforts are being made by the Albanian government, nobly supported and seconded by the United States, to recover the lost territories ; and it is hoped that the Albania of the future will have an area of about 20,000 square miles with a population of about 2,500,000."

That these efforts are reasonable is evident from an official statement of a representative of England 3 made to his government some thirty years ago to the effect that "the district covered by the geographical expression [Albania] falls mainly within the two vilayets of Scutari and Janina but extends also in an easterly direction, beyond the watersheds of the mountains dividing the streams which fall into the Adriatic from those which fall into the Aegean Sea, and includes portions of the vilayets of Bistolia, or Monastir, and of the vilayets of Pristina, or Kossovo."

The Migrations of the People:

But, whatever may be the extent of the real Albania or the boundaries accepted by the Paris Conference or by a future League of Nations, the region thus delimited will never outline all the country occupied by the Albanian people. For they, like other races, have wandered from their rugged mountains into less difficult lands. To the east they have mingled with the confused mass of people who make up Macedonia; to the south they have sought the sunny lands of Greece; and westward they have traversed the narrow waters of the Adriatic and occupied by scores of thousands the valleys of Italy and Sicily. Indeed some sixty thousand of them are now with us in the United States. But in all their wanderings it is certain that these people have preserved the fundamental qualities of their race and have remained the "Men of the Mountain Eagle" whom not even the Roman could bend wholly to his yoke.

Roman Relics and Traditions:
The wanderings of these people began no doubt long before the galleys of old Rome visited the bays and inlets of the eastern Adriatic or her soldiers marched over the Via Egnatia. Along the coast, on the road, for instance, whose traces are still found near Porto Palermo, relics of Roman influence exist a bridge here, a burial place there, or, most striking of The town is built on a hillside overlooking the Drynos valley all, the descendants of the men of the broken legion who still wander over the Albanian hills feeding their flocks in the valleys in winter or on the high hill slopes when summer comes. These are the pastoral Rumeni, who proudly reply when questioned: "I am of Rome." Of their origin they sing:

O ye, who know it well, Who know us full well, ye flowery valleys, Ye lofty mountains, speak, Talk to the people; Eelate to us, pray, From what country we came, O'er what roads we traveled To thee, O Pindus: For the world is not yet Conscious of us and does not know All the truth.

Ye have come here from Rome And have grown up here; E emote was the time It is known to me only: saw ye when small And know well ye are Latins, And it is your language (Which recalls Rome to me) That I talk with the birds Of the Apennines and with those Who build their nests Among my ferns and have: So sweet a song: That it melts all hearts. Monuments and Ruins:

To Venice, however, rather than to Eome, Albania of the Adriatic owes the best of its monuments. Graceful bridges still span the rivers, magnificent olive groves rise on many a hill, and a score of imposing castles of stone dot coast and hillside. Above Valona stand the grand ruins of Kanina.

But these ruins are even surpassed by the remains of the giant castle of Argyrokastron which once dominated that quaint Old World town and the neighboring valley of the charming Drynos. At Porto Palermo the wellpreserved works, half castle, half fort, still served in the war as a defense against the submarine ; while at Vuno the Lion of St. Mark, rudely carved in the living rock, marks the love of the people of the city by the sea for this charming coast of the Adriatic. But there are other and far different ruins to be found in southern Albania, scores, perhaps hundreds of destroyed villages cover its hills; myriads of gray stone houses, once the homes of peasants, stand deserted by all but the storks: fertile fields remain untilled: mosque and minaret and church are broken ruins, and desolation broods over many a lovely scene.

But space is lacking here to tell of these things: of destroyed Liaskoviki: of ruined Dukati: of the relics of historic Tepeleni, lying between the rivers in front of the gorge of Klisura where the Roman once checked the barbarian advance. Nor can the pathetic ruins of the castle of the mighty Albanian, Ali Bey, be described here a castle destroyed like others in the strife that followed the Balkan wars. Let the Albanian himself tell the story, and let the Greek listen to the Albanian's tale.

Effects of Turkish Rule:

Of the Turk and his rule few monuments remain. Except in the matter of religion and obstructions to education and progress, he left but slight impression upon Albania. There is little to recall his centuries of government beyond a few unspeakable roads, unlovely buildings, and crumbling tombs.

In spite, however, of the traces of Rome that still exist in Albania, it is probable that no great impression was made by the people of the " boot of Europe" until the great emigration of Albanians into Italy after the battle of Kossovo, toward the end of the fifteenth century, when Greek, Bulgar, and Serb went down before the Turk, as well as the Albanian clans led by their hero Skanderbeg.

Then it was that a further union of the Pelasgic tribes became impossible. A good portion of them became converted to Mohammedanism; others took refuge in Italy; still others kept their religion and became subject to the Turk in appearance only.

Italian Influence:

The influence of the Albanian immigration into Italy was considerable, especially upon the coast towns of the Adriatic and upon Yalona, w r here Catholic Italians of Albanian origin gained considerable influence. This is an important fact to remember in studying the relations between Italy and Albania and the conflict between Italian and former Austrian interests centering at Valona. At the outbreak of the war Italy's chief interest in Albania lay in Valona both on account of the fact that a large number of representatives from her Albanian immigrants had returned to settle there and on account of the importance which she then -as now-attached to this great harbor lying in the Straits of Otranto. There were Italian colonies and traders, at Durazzo and Skutari: but, in spite of the work of the Franciscans and of the Austrian and Italian schools founded for religious purposes, which used the language employed by the Jesuits for all Albanian church literature (Latin with four additional letters and Italian spelling), it does not seem probable that, behind the coast line, Italian influence was considerable. The Turks prohibited schools in the national

Effect of the War:

Great has been the change in Albania brought about by the war. To the soldiers of Italy, France, and England, the writer believes, is due a great uplift in all the Balkan countries, and to the Italians especially the awakening of southern Albania from its sleep of centuries. Here Italian influence was at its height, and from here it will spread throughout the mountain lands. From here also first came the check to the German threat against the southern Adriatic. Had this advance not been checked in the early days of the war, it would have carried the hordes serving with the Austrian flag, as well as the Bulgars and possibly the Turks, far down into Epirus and into wavering Greece and would perhaps have made it impossible for the Allies to throw across the Balkans from Valona to the Aegean Sea the armed wall from which fell the blow that at last broke down the German arch.

Of Italy 's part in the war there is no occasion to speak at length here. It is enough to say that before the experimental Wied was called to his impossible task the Albanian stood at bay, exhausted by his struggle in the earlier wars, surrounded by a pack of hungry neighbors, and alone in his troubles. Then came the German war and with it the protecting arm of Italy. On Christmas day of 1914 the Tenth Regiment of the Bersaglieri landed at Valona, and the Italian soldiers advanced by stages to a junction with the French left flank at Ersek and brought Albania, from the Voyussa River to the Greek boundaries and from the Adriatic to the French sphere of influence, under their control. Then indeed the burdens of the Albanian of the south were lightened, and hope awakened. The Italians, under General Ferraro, brought them peace in the midst of war. He fed the starving people, gave them money for improving their lands, and built docks and roads such as Albania had not seen since the days of ancient Rome.

Hospitals for the people were opened, schoolhouses were built, mail and telegraph service was instituted, and experimental farms were established. Not content with material assistance, the Italian soldier established courts where the Albanian, whether Moslem or Orthodox, was judged as an Albanian. Sanitation was looked to; religious beliefs were respected, the vendetta was abolished (or at least held in abeyance), and the peasants were disarmed. All this was done in the midst of war.

The Future:

The time has come when Albania should be given a government and a place under such mandatary at first as shall be needed. She should then have the chance to develop her proper character -that of the Switzerland of southern Europe, in some respects, indeed, a more beautiful Switzerland than that of the northern Alps.

Let the Albanians of Albania decide their own future, for it is their right. Whatever may have been the changes wrought in the fringes of the country by the surrounding peoples during the course of two thousand years, the Albanians have remained a family bound by the unchangeable conditions that surround them and by the compelling facts of life. True, they are not and never have been a united family and have been forever embroiled by matters of leadership, of religion, and of policy; but their dissensions will pass away with time and growth as they have passed away in the case of other mountain peoples who have suffered from the same complaints in childhood as the Albanians. Like the Swiss, the Albanian is possessed of those fundamental virtues which, when the time comes, will surely give him his place in the family of nations to the great benefit of Europe and of the world. It is for Paris, or perhaps later for Geneva, to say when that time shall be; but come it must if the Balkans are to have rest.

1.) An Albanian of Valona and chief of one of the oldest families in Albania. He was head of the provisional government in Albania when independence was declared in 1912. The quotation occurs in an article on "Albania and the Albanians" in the Quarterly Review (London), July, 1917, pp. 140-168.

Copyright, 1919, by the American Geographical Society of New York

2.) From a letter of Mr. Constantine A.Chekrezi, representative in the United States of the Albanian federation Vatra.

3.) Lord Fitzmaurice, May, 1880.
4.) Ismail Kemal Bey. in speaking of Turkish influence, says: "In spite of the religious and other consequences of the Turkish domination, the Albanians have remained faithful to the customs and habits of
their ancestors. Indeed, under the Turk the Albanian preserved many of his privileges and continued a semi-independence under his own chiefs."

5.)Those who emigrated into Italy scattered they adopted the language, customs, and dress of the new land in which they lived, but they never gave up their old country. In Calabria, in the Basilicata, and in Sicily
live a hundred thousand of these people in scattered communities, distinct in race and language.

6.° Among them is the Crispi family, from whom came the great statesman of Italy of twenty-five years ago.

b.) Frassari Adamidi: Les Pelasges et leurs descendants, Bull, de Vlnst. Egyptien (Cairo), Series 4, No. 3,
1902, pp. 5-15 and 45-57.

6.) See Alessandro Smilari: Gli Albanesi d'ltalia: Loro costumi e poesie popolari, Naples, 1891,

Fig. 3
Fig. 4
Fig. 3 General view of Koritsa (Korche).
Fig. 4 A public well in Koritsa.
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 5 Saliari, an Epirote hamlet.
Fig. 6 Part of Argyrokastron.
Fig. 7 Albanian irregular troops commanded by Italian officers.

The town is built on a hillside overlooking the Drynos valley. 

Le général de brigade, IT. S. A.
Il arrive parfois dans la fabrication des nations par décret, comme cela semble être la mode ces jours-ci, que les idéaux et les réalités marchent côte à côte comme ils l'ont fait le plus souvent dans les anciens et moins complexes fois, lorsque les nations sont nés et ont pas fait. Un exemple de ce ressort manifestement entre les peuples d'aujourd'hui dans le cas de l'Albanie, le pays presque inconnu des Balkans qui demande désormais la reconnaissance de ses besoins et des revendications.
Il est un petit pays, pas important pour le monde comme un état, mais largement important de la paix de la famille des nations, un pays dont les besoins et les désirs aller de pair avec l'histoire et la géographie et l'ethnologie de son peuple, qui depuis des siècles ont été les orphelins de l'Europe, comme sans-abri dans la famille des nations que les vents sur leurs propres sommets des montagnes; un peuple sans gouvernement, sans liens, presque sans amis, encore que depuis des temps immémoriaux ont tenu bon dans leur patrie et leurs maisons dans Malgré le contrôle semblant d'autres nations.
Ce sont les Shkypetars, la "hommes de l'Eagle Mountain dont leur grand compatriote, Ismail Kemal Bey, dit:
"Ils ont fièrement conservé leur indépendance, dont aucun pouvoir pourrait les priver. A la chute de l'Empire romain, ont réapparu sur la scène du monde pour prouver qu'ils étaient d'une race dont la solidarité temps ne pouvait pas affecter et dont la clientèle génie national ne pouvait pas prévenir; aujourd'hui, ils affichent le singulier et intérêts
ment spectacle d'une nationalité conservé pur et sans tache à travers les siècles, en dépit de tant de conquêtes successives par les Romains, les Byzantins, les Normands, les Bulgares, les Serbes, les Italiens et les Turcs ".
Les Albanais: leurs vertus et de leurs fautes probablement origine pré-hellénique, les Albanais sont restés comme une course sans mélange que tout ce qui existe en Europe. Ce sont des gens qui possèdent à un haut degré les vertus fondamentales qui font pour la stabilité et le respect des nations ainsi qu'avec les hommes. Parmi eux, il peut d'une vérité dire qu'ils sont courageux; honnête et loyal à l'autre, à la famille, et à l'étranger qui est accepté au sein de leurs portes, ils honorent leurs femmes et leurs maisons et, si amère inimitié, sont fidèles dans l'amitié, même la vendetta, dont ils sont accusés, a de son côté honorable, pour qu'ils combattent ouvertement, sans trahison. Leurs défauts mêmes sont ceux d'un peuple fier qui ont hérité d'un beau terrain convoité depuis que l'histoire a commencé par des voisins puissants contre lesquels ils ont toujours été contraints de se battre.
"Quoi d'étonnant, alors, que la vie en difficulté et isolées de ces montagnards et leur lutte séculaire pour la liberté les ont rendues agitée sous contrôle et d'ingérence, intolérant des étrangers, et indifférent à un monde extérieur qui de tradition et de l'histoire de leur dire, c'est leur ennemi ou, au mieux, un ami de selfseeking?
Leurs défauts, tels qu'ils sont, marquer une étape dans l'évolution d'un peuple fort et à travers de telles phases ont passé, pas si loin en arrière dans l'histoire, l'un des meilleurs des pays du monde. Dans l'avenir aucun doute que d'autres afin de passer prendre leur place dans la famille des nations. Pourquoi ne pas les Albanais Pour eux, l'heure a sonné, la liberté de la règle de l'étouffement du Turc décadent et la lumière laisse dans le grand flambeau de la guerre ont réveillé l'esprit des gens, accéléré leurs énergies et leur montre la nécessité de la nationalité , l'unité, et les rapports sexuels, sans laquelle leur pays restera un cancer dans les Balkans et une source d'infection pour toute l'Europe.
Ces choses Albanie devraient avoir: elle mérite un meilleur sort que d'être laissé plus de temps pour le mépris et la négligence qui ont presque toujours été son sort. Pour l'Albanie est un pays aussi beau que féerie et aussi riche que les royaumes légendaires de Prêtre Jean, mais il est aussi inconnu que le cœur de l'Afrique et aussi mal défini.
Étendue et les limites de l'Albanie:
Pour les gens de l'Ouest, l'Albanie est un mot, une expression géographique indiquée sur la carte comme une région mal définie de l'est de l'Adriatique, située au nord de la Grèce, au sud des Serbes, dans l'ex-autrichien de la sphère d'influence, et s'étendant l'intérieur des terres sur un chaos de montagnes aux limites de Macédoine hétérogène. Il est considéré comme un pays peu peuplé de collines et de vallées, de rivières et de lacs, mais de sa fertilité et de charme, de ses habitants et leur manière de vivre, peu a été dit, sauf dans des œuvres abscons sur son histoire, sa langue, et l'origine de ses habitants. Ces œuvres, pour la plupart traitant des jours avant l'Albanie avaient secoué la règle stagnante du Turc et avant la guerre avaient apporté dans le soldat de l'occupation, si intéressant que des études, lancer peu de lumière sur l'albanais d'aujourd'hui ou sur le problèmes qui se posent maintenant les gens.
Le premier de ces problèmes est l'étendue de leur propre pays, qui a existé sans frontières, ou avec des limites si mal défini que nul besoin de les reconnaître jusqu'à ce qu'ils ont été définis par la Conférence de Londres de 1913. Cette conférence, selon l'autorité albanaise, "a donné à l'Albanie un territoire d'environ 11 000 miles carrés, tandis que plus d'un tiers de sa population et son territoire a été donné loin à la Serbie, le Monténégro et la Grèce.
Mais à l'heure actuelle des efforts suprêmes sont prises par le gouvernement albanais, noblement soutenu et appuyé par les États-Unis, de récupérer les territoires perdus, et on espère que le Albanie de l'avenir aura une superficie d'environ 20.000 miles carrés avec une population d'environ 2,5 millions ".
Que ces efforts sont raisonnables est évident à partir d'une déclaration officielle d'un représentant de l'Angleterre 3 faite à son gouvernement, il ya une trentaine d'années à l'effet que «le quartier couvert par l'expression géographique [Albanie] relève principalement les deux vilayets de Scutari et Janina mais s'étend également en direction est, au-delà des bassins versants des montagnes qui séparent les cours d'eau qui tombent dans la mer Adriatique de ceux qui tombent dans la mer Egée, et comprend des parties des vilayets de Bistolia ou Monastir, et des vilayets de Pristina, ou Kossovo. "
Les migrations du peuple:
Mais, quelle que soit la mesure de la vraie Albanie ou les limites acceptées par la Conférence de Paris ou par une future Société des Nations, la région ainsi délimitée sera jamais esquisser tout le pays occupé par le peuple albanais. Pour elles, comme les autres races, ont erré de leurs montagnes escarpées dans les terres moins difficiles. A l'est, ils ont mêlé la masse confuse de personnes qui composent la Macédoine, au sud, ils ont cherché les terres ensoleillées de la Grèce, et vers l'ouest, ils ont traversé les eaux étroites de l'Adriatique et occupée par des dizaines de milliers les vallées de l'Italie et la Sicile. En effet, certains soixante mille d'entre eux sont maintenant avec nous aux États-Unis. Mais dans tous leurs pérégrinations il est certain que ces personnes ont conservé les qualités fondamentales de leur race et sont restés les "Hommes de l'Eagle Mountain" qui n'est même pas la romaine pourrait plier entièrement à son joug.
Reliques et Traditions romaines:
Les pérégrinations de ces gens ont commencé sans doute bien avant les galères de l'ancienne Rome ont visité les baies et criques de l'est de l'Adriatique ou ses soldats ont défilé sur la Via Egnatia. Le long de la côte, sur la route, par exemple, dont les traces sont encore trouvés près de Porto Palerme, reliques de l'influence romaine existe un pont ici, un lieu de sépulture là, ou, le plus frappant de la ville est construite sur une colline surplombant la vallée Drynos tous, les descendants des hommes de la légion cassée qui errent encore sur les collines albanais qui nourrissent leurs troupeaux dans les vallées en hiver ou sur les pentes des collines élevées quand vient l'été. Ce sont les Rumeni pastorale, qui répond fièrement interrogé: «Je suis de Rome." De leur origine, ils chantent:
Ô vous, qui savent bien, qui nous connaissent très bien, ô vallées fleuries, Ye hautes montagnes, parlez, parlez aux gens; Eelate à nous, je vous prie, de quel pays nous sommes arrivés, O'er quelles routes nous sommes allés à toi , O Pinde: Pour le monde n'est pas encore conscient de nous et ne sait pas toute la vérité.
Vous avez venus de Rome et ont grandi ici, E emote était le temps Il est connu seulement à moi: vous vu quand petit Et sachez bien vous êtes Latins, et c'est votre langue (qui rappelle Rome pour moi) que je parle avec les oiseaux de l'Apennin et avec ceux qui construisent leurs nids Parmi mes fougères et avoir: So sweet une chanson: Qu'il fond tous les cœurs. Monuments et les ruines:
Pour Venise, cependant, plutôt que de Rome, l'Albanie de l'Adriatique le doit le meilleur de ses monuments. Ponts gracieux couvrent encore les rivières, de magnifiques oliviers montent sur la plupart une colline, et une vingtaine de châteaux imposants de pierre point côte et les collines. Au-dessus de Valona tenir les ruines grandioses de Kanina.
Mais ces ruines sont même dépassés par les vestiges du château géant de Argyrokastron qui domina que la vieille ville pittoresque mondiale et la vallée voisine de la charmante Drynos. A Porto Palermo travaux wellpreserved, moitié château, moitié fort, toujours servi dans la guerre comme moyen de défense contre le sous-marin; tout en Vuno le Lion de Saint-Marc, grossièrement taillée dans la roche vivante, marque l'amour du peuple de la ville par la mer pour cette charmante côte de l'Adriatique. Mais il existe d'autres et bien différentes ruines se trouvent dans le sud de l'Albanie, les scores, peut-être des centaines de villages détruits couvrent ses collines, des myriades de maisons de pierre grise, une fois les maisons des paysans, se déserté par tous, mais les cigognes: champs fertiles restent en friche : mosquée et le minaret et l'église sont brisés ruines, désolation et couve beaucoup une belle scène.
Mais l'espace manque ici pour parler de ces choses: de la destruction Liaskoviki: des ruines Dukati: des reliques de Tepeleni historique, située entre les rivières en face de la gorge de Klisura où la romaine fois vérifié l'avance barbare. Pas plus que les ruines pathétiques du château de la puissante albanais, Ali Bey, décrits ici un château détruit comme d'autres dans la lutte qui ont suivi les guerres des Balkans. Laissez le albanaise se raconter l'histoire, et que le grec écouter le récit de l'albanais.
Effets de la règle turque:
Du Turc et sa règle quelques monuments restent. Sauf en matière de religion et les obstacles à l'éducation et le progrès, il reste que peu d'impression sur l'Albanie. Il ya peu à rappeler ses siècles de gouvernement au-delà de quelques routes indicibles, les bâtiments disgracieux, et des tombes en ruine.
En dépit, cependant, des traces de Rome qui existent encore en Albanie, il est probable que pas grande impression a été faite par les gens de la «botte de l'Europe" jusqu'à ce que la grande émigration des Albanais en Italie après la bataille de Kossovo, vers la fin du XVe siècle, quand grec, bulgare, serbe et descendirent avant le Turc, ainsi que les clans albanais conduits par leur héros Skanderbeg.
Ce fut alors que une nouvelle union des tribus Pelasgic est devenu impossible. Une bonne partie d'entre eux est devenu converti à l'islamisme, d'autres se sont réfugiés en Italie, d'autres encore ont gardé leur religion et ont été soumis à la Turk en apparence seulement.
Influence italienne:
L'influence de l'immigration albanaise en Italie a été considérable, en particulier sur les villes de la côte de la mer Adriatique et sur Yalona, ​​wr ici Italiens catholiques d'origine albanaise a acquis une influence considérable. Ceci est un fait important à retenir dans l'étude des relations entre l'Italie et l'Albanie et le conflit entre les intérêts autrichiens et italiens anciens de centrage à Vlorë. Lors du déclenchement de la guerre principal intérêt de l'Italie en Albanie réside dans Valona fois en raison du fait qu'un grand nombre de représentants de ses immigrants albanais avait repris là et en raison de l'importance de régler laquelle elle alors que maintenant fixé à ce grand port se trouvant dans le détroit d'Otrante. Il y avait des colonies et des commerçants italiens, à Durazzo et Skutari: mais, malgré le travail des Franciscains et des écoles autrichiennes et italiennes fondées à des fins religieuses, qui ont utilisé le langage employé par les Jésuites pour toute la littérature de l'église albanaise (latine quatre lettres supplémentaires et orthographe italienne), il ne semble pas probable que, derrière la ligne de côte, l'influence italienne était considérable. Les Turcs interdite écoles de la nationale
Effet de la guerre:
Grande a été le changement en Albanie provoquée par la guerre. Pour les soldats de l'Italie, la France et l'Angleterre, l'auteur croit, est dû à un grand soulèvement dans tous les pays des Balkans, et les Italiens en particulier l'éveil du sud de l'Albanie de son sommeil de plusieurs siècles. Voici influence italienne était à son comble, et à partir de là, il se propage à travers les terres de montagne. De là aussi le premier venu le chèque à la menace allemande contre le sud de l'Adriatique. Si cela n'avait pas été vérifié avant dans les premiers jours de la guerre, il aurait porté les hordes servant avec le drapeau autrichien, ainsi que les Bulgares et les Turcs, éventuellement loin vers le bas en Épire et en hésitant Grèce et aurait peut-être fait impossible pour les Alliés de jeter dans les Balkans de Valona à la mer Égée le Mur armé à partir de laquelle est tombé le coup qui enfin a enfoncé la voûte allemand.
D'une partie de l'Italie dans la guerre, il n'y a pas lieu de parler longuement ici. Il suffit de dire que, avant la Wied expérimental a été appelé à sa tâche impossible l'albanais était aux abois, épuisé par son combat dans les guerres précédentes, entouré par une meute de voisins affamés, et le seul à avoir des problèmes. Puis vint la guerre allemande et avec elle le bras protecteur de l'Italie. Le jour de Noël de 1914, le dixième régiment de Bersaglieri a atterri à Valona, ​​et les soldats italiens avancé par étapes à une jonction avec l'aile gauche française à Ersek et a l'Albanie, de la rivière Voyussa aux frontières grecques et de l'Adriatique à la sphère d'influence française, sous leur contrôle. Alors, en effet les charges de la albanaise du sud ont été allégées, et l'espoir réveillés. Les Italiens, sous le général Ferraro, les fit la paix au milieu de la guerre. Il a nourri les affamés, leur a donné de l'argent pour améliorer leurs terres, et construit des quais et les routes tels que l'Albanie n'avait pas vu depuis l'époque de la Rome antique.
Hôpitaux pour les gens ont été ouverts, des écoles à classe ont été construites, le courrier et le service télégraphique a été institué, et fermes expérimentales ont été établies. Non content d'assistance matérielle, le soldat italien a établi des tribunaux où l'albanais, si musulman ou orthodoxe, a été jugé comme un Albanais. L'assainissement a été examiné à; croyances religieuses sont respectées, la vendetta a été supprimée (ou au moins en suspens), et les paysans ont été désarmés. Tout cela a été fait dans le milieu de la guerre.
Le temps est venu où l'Albanie devrait être donnée un gouvernement et une place en vertu de ce mandataire dans un premier temps comme il sera nécessaire. Elle devrait alors avoir la chance de développer son bon caractère, celui de la Suisse de l'Europe du Sud, à certains égards, en effet, une plus belle Suisse que celle des Alpes du Nord.

Que les Albanais d'Albanie de décider de leur propre avenir, car c'est leur droit. Quels qu'aient été les changements opérés dans les franges du pays par les peuples d'alentour, au cours de deux mille ans, les Albanais sont restés une famille liée par les conditions immuables qui les entourent et par les faits convaincants de la vie. Certes, ils ne sont pas et n'ont jamais été une famille unie et ont été toujours impliqué par les questions de leadership, de la religion, et de la politique, mais leurs dissensions passeront avec le temps et la croissance comme ils ont disparu dans le cas de l'autre montagne peuples qui ont souffert des mêmes maux dans l'enfance que les Albanais. Comme les Suisses, l'albanais est en possession de ces vertus fondamentales qui, le moment venu, va sûrement lui donner sa place dans la famille des nations au grand bénéfice de l'Europe et du monde. Il est pour Paris, ou peut-être plus tard pour Genève, de dire quand ce temps est, mais il faut venir si les Balkans sont pour se reposer.
1.) Un Albanais de Valona et chef d'une des plus anciennes familles de l'Albanie. Il était à la tête du gouvernement provisoire en Albanie où l'indépendance a été déclarée en 1912. La citation se produit dans un article sur "l'Albanie et les Albanais" dans la Revue trimestrielle (Londres), Juillet 1917, pp 140-168.
Droits d'auteur 1919, par la Société Géographique Américaine de New York
2.) Extrait d'une lettre de M. Constantin A.Chekrezi, représentant des États-Unis de la fédération albanaise Vatra.
3.) Lord Fitzmaurice, mai 1880.
4). Ismail Kemal Bey. en parlant de l'influence turque, dit: «En dépit des conséquences religieuses et autres de la domination turque, les Albanais sont restés fidèles aux us et coutumes de
leurs ancêtres. En effet, sous le Turc albanais conservé bon nombre de ses privilèges et poursuivi une semi-indépendance sous ses propres chefs ".
5.) Ceux qui ont émigré en Italie dispersés, ils ont adopté la langue, les coutumes, et la robe de la nouvelle terre où ils vivaient, mais ils n'ont jamais abandonné leur ancienne patrie. En Calabre, dans le Basilicate et en Sicile
vivre une centaine de milliers de ces personnes disséminées en communautés distinctes, la race et la langue.
6. ° Parmi eux se trouve la famille Crispi, dont est venu le grand homme d'État de l'Italie d'il ya vingt-cinq ans.
. b) Frassari Adamidi: Les Pélasges ET LEURS descendants, Bull, de l'institut. Egyptien (Le Caire), série 4, n ° 3,
1902, pp 5-15 et 45-57.
. 6) Voir Alessandro Smilari: Gli Albanesi d'Italia: Loro costumi e poesie popolari, Naples, 1891,
Fig. 3
Fig. 4
Fig. 3 Vue générale de Koritsa (Korche).
Fig. 4 Un public bien Koritsa.
Fig. 5
Fig. 6
Fig. 5 Saliari, un hameau Epirote.
Fig. 6 Une partie de Argyrokastron.
Fig. 7 troupes irrégulières albanais commandés par des officiers italiens.
La ville est construite sur une colline surplombant la vallée Drynos.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire